CYPRÈS DE CHEZ NOUS 
Cyprès de Lambert ou Cupressus macrocarpa 

 

  L'ASSOCIATION

Naissance et histoire de l’association
L’association « cyprès de chez nous » a été créée officiellement le 15 juin 2001 à l’occasion du festival de sculptures en plein-air des « monumentailles » organisées par la ville de Concarneau. 

Cette association s’est construite sur l’amitié entre plusieurs personnes qui se connaissaient professionnellement et qui avaient en commun la même passion envers les arbres et plus particulièrement de la sympathie pour le cyprès de Lambert. Elles décidèrent donc de mettre leurs énergies en commun à l’initiative de Jean-Pierre Ruelle, paysagiste sur la commune de Pont-Aven.
La sympathie éprouvée pour cet arbre est liée bien souvent à l’histoire personnelle des uns et des autres et parfois à des souvenirs qui ramènent à l'enfance où la forte personnalité du cyprès de Lambert n’est pas passée inaperçue.

 

En 2014 l'association compte 20 adhérents

 

Pourquoi ce nom de "cyprès de chez nous ? 
- D'abord pour distinguer le cyprès de Lambert du cyprès méridional, fleuron des paysages méditerranéens,
- Pour faire prendre conscience de notre appropriation d'un arbre d'origine étrangère qui parait avoir toujours été présent en Bretagne,
- Pour illustrer le paradoxe de cet arbre qui est à la fois familier des paysages bretons ("si près") et méconnu. Pour preuve, en discutant avec quelques propriétaires de cyprès au sujet de l'identité de cet arbre, très peu savent qu'il s'agit d'un cyprès. La plupart d'ailleurs ne se posent pas la question de savoir à quel genre végétal il appartient. Beaucoup pensent qu'il s'agit d'un pin, parfois d'un cèdre. Finalement nous ne savons pas encore grand chose de cet arbre. Par exemple il est encore d'introduction trop récente en Bretagne pour connaître sa longévité. Nous avons donc beaucoup à apprendre de lui, notamment de sa très grande vigueur, de sa grande capacité de résistance et d'adaptation à des conditions climatiques et de sols difficiles. C'est toute cette soif de connaissance à son égard qui a motivé la création de cette association.

Les intérêts portés à cet arbre sont multiples : 
- pour son port, son feuillage et donc son esthétisme qui intéresse plus particulièrement les paysagistes nombreux dans l’association,
- sa plantation, sa multiplication, sa croissance, 
- la qualité de son bois

Association loi 1901  

COMPOSITION DU BUREAU 2015

Président : Agnès BOCHET architecte paysagiste

Secrétaire : Rozenn DULEY  architecte paysagiste 

Secrétaire Adjoint : Charles VIALA architecte paysagiste 

Trésorier : Michel COINT Agent Territorial 


Membres 

Marycia BARAER Ingénieur Horticole  

Guy LE VALLEGANT pépiniériste forestier 

Siège: Cyprès De Chez Nous  66 rue Louis Lomenerch 29930 Pont Aven

 

 

 

Agrandir ?

           .
Téléchargez les plaquettes de présentation au format A4 (images .JPG) !!!

Le Cupressus macrocarpa ainsi que les Cupressophiles sont plus cosmopolites qu’on ne l’imaginait :

. Français: Cyprès de Lambert             · العربيةسرو ليمون ·                    българскиКалифорнийски кипарис            · català: Xiprer de Lambert 

· Deutsch: Monterey-Zypresse              · English: Monterey Cypress            · euskara: Monterreyko nekosta          · suomi: Montereynsypressi 

· galego: Alcipreste de California                · עבריתברוש גדול-פירות                      · magyar: Monterey-ciprus                 · 日本語モントレーサイプレス 

· lietuvių: Dailusis kiparisas          · norsk bokmål: Montereysypress        · Nederlands: Montereycipres       · norsk bokmål: Montereysypress 

· polski: Cyprys wielkoszyszkowy     · português: Cipreste-da-Califórnia       · русскийКипарис крупноплодный

· српски / srpski: Амерички чемпрес

 (Source: Wikipédia)

Cette constellation de noms, n’empêche pas au Cupressus macrocarpa de se trouver sur la liste rouge des arbres en voie de disparition…..

A notre modeste niveau, ce sera grâce à votre aide pugnace, qu’un plus large public et de plus nombreux forestiers finiront par comprendre que cet arbre possède un grand nombre de bonnes raisons pour être planté d’avantage.

Ainsi, votre soutien lors des années précédentes, permettra aux membres de l’association qui le souhaiteront, de planter, en janvier 2014, plus de 600 jeunes cyprès, après en avoir déjà planté 50 fin novembre 2013 !

Merci pour votre contribution 2014 : 23€, identique à celle de 2013. Petit montant, mais grande aide qui nous encouragera à poursuivre les expérimentations de plantations de semis, issus d’origines diverses.

En cette période de vœux, je vous propose que nous nous associons tous pour présenter aux « Lambert » nos meilleurs vœux pour les cent ans à venir ! (et beaucoup plus si possible)

Et pour chacun d’entre vous, si mes vœux sont tout aussi chaleureux que ceux que j’exprime aux « Lambert » permettez moi de vous les présenter, simplement pour cette nouvelle année !

Jean Pierre RUELLE : Cyprès de Chez Nous

Janvier 2013

Chers Cupressophiles,    

   

A la même date, il y a un an, je vous faisais part, qu’après l’exposition de Ste Marine, rétrospective des dix années de l’association, le thème 2012 serait : « une campagne de plantation »

 

Chose dite, chose faite : Entre novembre et décembre quelques membres du bureau et adhérents ont planté 100 cyprès sur plusieurs parcelles des communes de NEVEZ et TREGUNC.

 

Maintenant que nous savons nous organiser nous sommes prêts, pour inviter tous les adhérents à participer à la campagne de plantation 2013.

 

Comment ?

 

Chacun trouve le, ou les terrains sur le(s)quel(s) il verrait bien des plantations de cyprès, quelques unités ou en bosquet. Deux membres du bureau vous rencontrent sur place, pour vérifier avec vous, que ces plantations seront bien en cohérence avec l’éthique de l’association (insertion paysagère, incidence sur le voisinage, propriété foncière,…) et  estimer le nombre de plants à prévoir.

 

Si le projet est validé, entre fin octobre et fin décembre 2013 : plantation !

 

L’association prend à sa charge l’achat des végétaux, la mise en œuvre est bénévole.

Le jour de leur plantation, tous les plants seront géolocalisés et, les photos du site seront prises.

 

Si ce projet vous intéresse merci de nous en faire-part au plus vite !

 

Transmettez-nous vos suggestions, et vos souhaits de participation à la prochaine campagne de plantation à l'aide du formulaire d' E-Mail.

 

A Chacun d’entre vous, Chers Cupressophiles, ainsi qu’à tous les Lambert, je souhaite une bonne année, placée sous le signe, du développement durable.

 

 

                                             Jean–Pierre RUELLE

« de la passion de l’esthétisme à l’intérêt pour le développement durable » 

Organiser, pour la première fois depuis sa création, l’assemblée générale de notre association 
dans une scierie locale du Finistère proche du littoral, n’est pas un hasard. C’est au contraire un 
symbole de l’intérêt exhaustif, que notre association porte à cet arbre. En effet, son usage comme bois 
d’œuvre, dispensé de tout traitement, intéresse les architectes, les menuisiers et les scieurs. En outre, 
produit et utilisé en Bretagne, il serait en cohérence avec la politique de développement durable. 
Cependant, deux handicaps majeurs brident ce voeu : 

• Le premier, que nous connaissons bien : la raréfaction des arbres. 
• Le second, qui est à résoudre : l’absence d’informations sur les caractéristiques techniques 
de son bois. 

Cette prise de conscience débouche sur un certain nombre d’interrogations et d’axes pour notre 
travail : 


Axe de travail pour le bois : 

• établir un partenariat avec une école du bois pour que des tests mécaniques soient 
réalisés ; 
• obtenir que les caractéristiques mécaniques soient authentifiées et validées pour un 
usage dans la construction. 


Les questions : 

• Pourquoi le Cyprès de Lambert n’a t il pas été planté en masse au même titre que le 
pin maritime ? 
• Des expériences décevantes ont-elles été tentées dont nous n’avons pas 
connaissance ? 
• Est-ce parce que la production du pin maritime était plus aisée qu’il lui a été 
préféré ? 
• Existe t-il des territoires sur la planète, propices à la végétation du Cyprès de 
Lambert sur lesquels de véritables productions forestières existent où nous 
pourrions acquérir des connaissances supplémentaires ? 

Notre association s’était donnée pour objet «de faire connaître et promouvoir le Cyprès 
de Lambert ou Cupressus macrocarpa » et parmi les moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir 
l’article 3 des statuts a prévu : « L’étude, l’expérimentation, la recherche, en vue de mieux connaître le 
Cyprès de Lambert dans toutes ses composantes : culturales, productives, environnementales, paysagères, 
culturelles sociales…. 

Les membres fondateurs de l’association avaient bien imaginé que ce Cyprès là, possédait plus de 
ressources qu’ils ne les voyaient au moment de la création de ‘Cyprès de Chez Nous’. 

En effet, à la fin des années 90 nous prîmes conscience de la diminution de la population du 
Cyprès de Lambert et à terme, du risque de sa disparition. Le regard que nous portions alors, était 
essentiellement esthétique. En effet, chacun d’entre nous trouvait et trouve dans le port de cet arbre, 
son écorce, ou ses branches, lorsqu’il est adulte, un graphisme remarquable. Ce port, comparable à 
celui du cèdre du Liban devient étonnant lorsqu’il est façonné par les vents du littoral. Il fait parti du 
patrimoine paysager du littoral de la Bretagne. 

Cet intérêt que nous portions ne fut pas celui qui fut à l’origine de l’implantation du Lambert en 
Bretagne. Une étude passionnante, découverte par Charles VIALA, apporte des éléments 
d’informations historiques et de réflexions sur les mutations de paysage, leurs causes et leurs 
conséquences depuis 150 ans dans le Morbihan.
(1) 

Dans ce document : « Les boisements de conifères du Morbihan, de l’environnement au 
paysage » entre autres éléments de l’étude, l’auteur observe avec pertinence les relations 
contradictoires qu’entretien le public avec l’arbre sujet isolé, le boisement, le reboisement, et l’idée 
qu’il se fait des essences autochtones et allochtones comme identifiant patrimoniaux ou non, d’un lieu. 

Ainsi pour illustrer les observations de cet auteur, qui d’entre nous n’a pas entendu dire que : 
« les camélias, les rhododendrons, les azalées, les hortensias étaient de vraies fleurs de Bretagne » 
celles ci furent bien naturalisées à la même époque!!! Pour le Cyprès, mal identifié, l’image est plus 
floue : Il est avant tout, un conifère. 

Lorsque le Cyprès de Lambert fut véritablement introduit sur les côtes bretonnes fin du 19ème, il 
le fut avec le pin maritime (Pinus pinaster) issu du sud de la France, du Portugal et du Maroc dans le 
cadre de grands travaux de fixation des cordons dunaires de l’atlantique. Les qualités de leurs systèmes 
racinaires, leur acceptation de sols pauvres et souvent acides, la capacité à résister aux vents marins et 
à son sel en firent d’excellents outils pour arrêter le déplacement des dunes. Alors que le pin maritime 
trouva un usage forestier important dans le boisement des landes et des dunes, le Cyprès resta confiné 
dans son rôle initial de fixateur de sol puis, de brise vent pour les exploitations agricoles du littoral. 
Parallèlement, il fut utilisé comme ‘thuya de bord de mer’ pour des haies séparatives des résidences 
secondaires du littoral. Aujourd’hui, les Cyprès qui dominent de leur port remarquable des habitations 
sont, pour la plupart d’entre eux, des rescapés d’une haie disparue. Fin des années 70, l’arrivée sur le 
marché du Cyprès de leyland, plus facile à produire et d’une population plus homogène puisque issue 
de bouture et produit en container, détrôna le Lambert. Dans les années 1980-90 la mode fut, dans les 
jardins, ‘tout sauf du conifère’ à qui était conférés tous les maux. L’ouragan de 87 en déracinant des 
arbres dans la force de l’âge fut le coup de grâce porté au Cupressus macrocarpa. Ce désamour pour le 
conifère en général et pour le Lambert en particulier n’incita pas à s’y intéresser pour des 
reboisements. 

Cependant, il y eu toujours quelques professionnels pour le défendre, comme Maurice NICOLAS 
qui, en 1993 établit un mémoire d’une vingtaine de page pour le Centre Régional de la Propriété 
Forestière de Bretagne (CRPF) intitulé : « Le Cyprès de Lambert » « Un arbre pour la Bretagne 
maritime » dans lequel sont explorées toutes les capacités de cet arbre. 

Pour l’avenir, le rapport que nous connaissons aujourd’hui entre le Cyprès de 
Lambert et le paysage changera. 


Que ce soit : 

• Dans l’espace urbain, où il ne sera plus planté ni en haie ni en élément isolé. Les surfaces 
des propriétés s’étant réduites le Cyprès n’a plus sa place à proximité de l’habitat. 
• En milieu rural proche de la cote, pour lequel les programmes de reconstitution de talus ne 
prévoient pas de Lambert ce qui est cohérent avec la fonction et la gestion des haies bocagères et (ou) 
des boisements linéaires. 
• Sur l’espace du littoral public, où le Conservatoire du littoral ne renouvellera pas sa 
population, car une politique stricte de sauvegarde et protection des espèces endémiques est suivie. La 
réhabilitation des landes dans le cadre du programme Natura 2000 est de plus, peu compatible avec la 
coexistence de conifères comme le Cyprès de Lambert, du pin sylvestre et à fortiori du pin maritime 
le plus colonisateur. 

Où replanter où reboiser ? 

Pour l’intérêt suscité par « l’arbre remarquable » ne faudrait-il pas augmenter nos efforts de 
promotions auprès des concepteurs et des maîtres d’ouvrage public pour que le Lambert soit plus 
souvent préconisé dans des espaces publics proches du littoral. ? La mode est aux palmiers ? A nous 
d’être pédagogue et persuasif pour que, en nous appuyant sur des exemples, nous donnions envie que 
soient replantés des Cyprès de Lambert. Ainsi, dans quelques décennies, pourront-ils constituer des 
éléments structurants et remarquables du paysage et émerveiller le public comme ils nous émerveillent 
aujourd’hui. 

Pour les reboisements, bien que non normalisé, l’intérêt du bois du Cyprès de Lambert n’est 
plus à démontrer.(2) Cependant les changements d’occupation des sols créent de plus en plus de 
conflits avec les usagers riverains et des associations de défenses souvent utiles mais parfois contre 
tout, et son contraire. Il nous faudra réfléchir avec les forestiers à des méthodes nouvelles de 
reboisement qui permettent d’apporter la preuve que de nouveaux peuplements de Cyprès de Lambert 
peuvent être en harmonie avec le paysage. 


Conclusion 

Ainsi, si les lieux de plantation des Cyprès de Lambert sont inévitablement différents de ceux 
dans lesquels on l’admire aujourd’hui, l’incitation à sa replantation se trouve pleinement justifiée par 
l’intérêt esthétique qu’il procure, pour lui, pour le paysage, autant que pour l’intérêt que suscite son 
bois. 

A l’association d’oeuvrer dans les prochaines années en direction des propriétaires, gestionnaires, 
publics ou privés, pour les inciter à replanter cet arbre qui, utilisé avec bon escient, enrichira 
l’environnement paysager et, dans l’esprit du développement durable, permettra d’accroître dans 60ans 
une offre locale et complémentaire de bois d’oeuvre, sans nuire à la biodiversité. 


Jean Pierre RUELLE 


(1) Cette étude fut présentée par Mr Jean Mahaud à l’Ecole nationale du Paysage à Versailles en 2000 
dans le cadre d’un séminaire annuel intitulé « Etape et recherches en paysage » 


(2) Enquête de « Cyprès de chez nous » décembre 2006 janvier 2007 auprès des scieurs de Bretagne


 ©Copyright 2008/2015: Cyprès De Chez Nous / Webmaster: J-C Pellant.